A La Une :

ENGLISH
December 15, 2017

  Dossiers d'analyse
....... Culture et société
  Économie
  Interviews
  Justice et droit
  Politique
  Sécurité
  Réalités locales
....... Bubanza
  Bujumbura Mairie
  Bujumbura Rural
  Bururi
  Cankuzo
  Cibitoke
  Gitega
  Karuzi
  Kayanza
  Kirundo
  Makamba
  Muramvya
  Muyinga
  Mwaro
  Ngozi
  Rutana
  Ruyigi


Version imprimable
e-mail cet article à un ami
Save As PDF
Save As Flash Papers

 




La moitié du budget national a été détournée dans les deux ans

BR Staff


Bujumbura, 2008-02-01 (Burundi Réalités Agence Presse) - Plus de 200 milliards de francs sont disparus des finances de l'Etat de 2006 à 2007. L'Observatoire pour la lutte contre la corruption et les malversations économiques, OLUCOME, a publié hier un rapport révélant ces chiffres.

Selon le rapport, plus de 54 milliards de francs ont disparu l'année dernière. Le gouvernement est parvenu à récupérer seulement 114 millions de francs.

Le président de l'OLUCOME, Gabriel Rufyiri, qui a présenté le rapport hier, a rappelé que plus de 186 milliards sont disparus en 2006. M. Rufyiri a déclaré que le montant total de sommes de l'Etat qui sont disparues au cours des deux dernières années est égal à la moitié du budget 2006 qui s'élève à plus de 450 milliards. Le rapport révèle également que les mécanismes que le gouvernement a mis en place pour lutter contre la corruption et les malversations économiques ont des textes juridiques qui ne peuvent pas ennuyer même un administrateur communal. Ces textes ont été moulés afin de protéger les détourneurs des deniers pubics.

La corruption et les malversations économiques sont monnaie courante dans le service douanier, les marchés publics et le ministère de la Justice, comme l'indique le rapport.

Ce rapport est un coup dur pour le gouvernement du Président Nkurunziza. Le Président Nkurunziza a toujours dit à celui qui veut l’entendre qu'il ya eu d'importantes améliorations dans la gestion des avoirs du pays.

La population se souvient encore du premier désaccord au sein du parti au pouvoir entre l'ancien président, M. Hussein Radjabu, et son ancien commissaire financier, Mathias Basabose, qui n'ont pas réussi à s'entendre sur le partage des pots-de-vin qu'ils percevaient dans le but d'octroyer le contrat à la reconstruction de la route Bujumbura-Rumonge, à la société rwandaise , EMUGECO.

Le premier incident à l’origine des relations difficiles entre le CNDD-FDD dirigé par le gouvernement et les journalistes a été la vente illégale de Falcon 50 qui continue de coûter cher au gouvernement puisque le Président de la République ne peut qu’utiliser des avions commerciaux à chaque fois qu'il a une mission à l'extérieur du pays.


 

Version imprimable
e-mail cet article à un ami
Save As PDF
Save As Flash Papers

 

 

INFO RADIO




BR SPÉCIAL

COMMUNIQUE DU PARTI CNDD A LA SUITE DU REFUS DE SA REUNION A RUMONGE
Requête au sujet d’un génocide rampant au Burundi
MESSAGE DE CONDOLEANCES ADRESSE AUX FAMILLES VICIMES DES RECENTS MASSACRES DE GATUMBA ET AU PEUPLE BURUNDAIS.
DECLARATION DU CNDD AU SUJET DE LA QUESTION DES NEGOCIATIONS
DECLARATION DU CNDD AU SUJET DES PRIVATISATION SAUVAGE DU
LIBYE : UN AVENIR INCERTAIN
Rapport du Projet Mapping concernant les violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 sur le territoire de la République démocratique du Congo
MEMORANDUM SUR LES IRREGULARITES ET FRAUDES MASSIVES DES ELECTIONS COMMUNALES DU 24 MAI 2010
Au fond : Qu’est-ce qu’un intellectuel ?
DECLARATION DU PARTI CNDD AU SUJET DE LA GREVE DES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE ET DU SECONDAIRE

Burundi Réalités (c) 2006 All rights reserved